Christian Fleitz : "faire avec la lumière ce qu'on ne croit être possible qu'avec l'informatique" "Photographic Art of Interferences"

2016: 

Naissance d'une nouvelle discipline artistique
immortalisable par la photographie,



Mise en oeuvre et constatée sous le contrôle de
Maitre Julien LESEIGNOUX HUISSIER DE JUSTICE
et sans aucune intervention possible
de toute electronique ou toute informatique 






Il aurait été plus juste, mais moins adapté, de baptiser ce nouvel art du nom de "CRÉATION INTERFÉRENTIELLE"


(Nota: aucun lien ni aucun rapport n'existe entre cette nouvelle discipline et la photographie dite "interférentielle" de Monsieur Lippmann prix Nobel 1908, ni avec une pratique photographique, courante, portant le nom de "light painting".)




Cette nouvelle façon de manipuler l'interférence lumineuse utilise comme brique, et motif fondamental graphique, le phénomène de "peigne de traits parallèles" bien connu en optique, sous le nom de "franges d'interférences".


Ce phénomène vibratoire particulier a désormais le pouvoir de suivre le même chemin que celui du son, en étant utilisable à la fois dans l'univers de la physique et dans l'univers de l'art, puisqu'il est désormais possible de le rendre malléable à souhait, dans sa structure, ses couleurs et ses formes et de le décliner en gammes et harmonies.

Alors, quel nom,  inventé, serait-t-il judicieux de donner à l'artiste pratiquant cette nouvelle discipline si ce n'est celui de "photopeintre"?

Bien qu'il s'agisse d'un véritable acte de "sculpture" de la lumière aboutissant à une œuvre figée, stable dans le temps, et qui n'a pas besoin de l'acte de prise de vue pour exister car elle peut tout à fait être réalisée en direct (comme je l'ai fait en présence d'un huissier de justice), je présente ce nouvel art, comme une nouvelle branche de la photographie produisant des images à la signature unique et sans équivoque:


Exposé par le Sénat (Français) en 2018 et par la Société Nationale des Beaux-Arts (Française) en 2019, j'ai l'honneur de porter à votre connaissance la naissance de :


"L'ART PHOTOGRAPHIQUE D'INTERFÉRENCES"



EN PRATIQUE
 
Cette nouvelle forme artistique, se pratique en intérieur. Elle illustre très concrètement ma vision d’une photographie 'outil de ‘translation’ entre les disciplines, mais aussi de translation entre la réalité physique et une réalité perçue comme étant très différente, permettant de passer " DE LA RÉALITÉ À L'IMAGINAIRE".

L'A.P.I. consiste à capter des natures mortes de pure lumière, composées de la combinaison, et de l’interaction d’ondes lumineuses. Ces ondes sont obtenues par l'éclairage des objets de notre quotidien tels que : poivre, persil, laque à cheveux, oeuf, cendre, briquet, verre, plastique, bref, tout ce que vous avez déjà chez vous!

Mais ces objets ne sont que des “outils de lumière”, pas des composantes visibles de l’image.

Je travaille donc à les soustraire à votre vision pour que plus rien de matériel n'apparaisse sur ce type de prise de vues.

C'est pour cette raison que ces photographies, incluent, généralement, le mot "immatérielle" dans leur titre.


Ce travail créatif, fait croire à de la transformation informatique d’image, ou à de la peinture. Il consiste, en réalité, à utiliser la lumière, comme un peintre utiliserait ses pinceaux et sa palette de couleurs afin d’obtenir des œuvres évoquant des paysages et autres scènes abstraites.

Une fois le travail artistique abouti, j’immortalise cette réalité optique en captant la scène par un simple cliché. 
Peu importe l'utilisation du “numérique” ou de “l’argentique” puisqu'on ne fait que capter ce que l’on voit dans le viseur de son appareil photo avant même d’appuyer sur le déclencheur.

Il ne reste plus, alors, qu'à développer la photographie pour en partager le visuel avec vous, lors de des expositions.


Comment reconnaître une photo A.P.I.?


En regardant mes photographies de très près, vous pourrez observer ce qui en est leur signature caractéristique: "des peignes" de traits lumineux qui interfèrent les uns avec les autres en dessinant l’image.
 

En optique, ces "peignes" portent le nom de "franges d'interférences".

D'où le nom de cette nouvelle discipline artistique au sein de la photographie :
L' "Art Photographique d'Interférences" (lumineuses).

Voici ce que vous verrez en regardant mes photographies de près lors de mes expositions:




La photographie de ces interférences lumineuses, ci_dessus,  n'est qu'un détail extrait de la photo ci-dessous:








The "Photographic Art of Interferences"




 consists in working on the structure of the light-waves emitted by everyday objects which can be as ordinary as pepper, parsley, hair-spray, ashes, an egg, a lighter, a piece of glass or plastic....

My job is to take these simple and realistic elements away from our vision while turning them into « light-tools ». What I aim at is extracting their « immaterial » essence out of them and making them pass from reality to the world of imagination in order to make the viewers vibrate.
I use light to create landscapes and abstract scenes just as a painter would use his brushes and colour palette.

Once this artistic composition work has been completed , a single snapshot is enough to immortalise this new reality. 

How can you recognize an Interference Photographic Art picture ?


 
If you look at it closely, you will be able to see these crisscrossing light « hair-combs » which are characteristic of these atypical photos. The scientific word for them is « interference fringes ».


.


Top